Alain Arnaud l’enfant du pays

posté le 26 février 2019

EvasionMag et Le festin des lanternes

posté le 17 février 2019

Article paru dans le magazine des loisirs EvasionMag en ligne, du 10 février 2019 (dans la rubrique littéraire : « ECRITURE ») – Lien : http://www.evasionmag.com/?cat=4

Alain ARNAUD : Le festin des lanternes (Ed BoD – 190 pages)

Si certains se révèlent en se rasant le matin, Alain Arnaud a quant à lui, ressenti, «l’éveil de la mémoire» en… urinant au pied d’un grand chêne ! Et pourquoi pas !
Il nous livre en ce début d’année, un roman en partie autobiographique dans lequel nous sont posés, à la croisée des âges, les réflexions et le questionnement propres à chacun d’entre nous, alors que notre parcours de vie parait déjà engagé.
Ainsi, selon le jeu subtil de sa miction, sa mémoire en réponse, flashe, par vagues, sur les épisodes marquants de sa vie.
Reproduits dans le roman en une cinquantaine de courts chapitres, nous voilà donc plongés dans la vie de l’auteur qui évoque l’évènement marquant de son adolescence et ses conséquences.
Sous les traits de son héros, journaliste publiciste, le narrateur vient de quitter Paris et se dirige vers Marseille en voiture.
Nous apprenons qu’une mauvaise piqure d’oursin à l’index droit, infectée, l’avait obligé à subir plusieurs interventions en milieu hospitalier, à Marseille justement, alors qu’il n’avait que dix-sept ans. Ce doigt devenu «festin» pour l’appareil masticateur de l’échinoderme devient le fil conducteur du texte.
L’auteur rapporte des anecdotes, fait part de son ressenti, raconte les médecins, la cohorte des intervenants, les patients. Il décrit cet environnement si particulier, avec sincérité. Malicieux, il joue avec les champs lexicaux, ce qui rend le texte attachant et riche d’un humour subtil.
Certes, l’épreuve est longue et douloureuse, mais c’est un autre monde que le narrateur observe avec curiosité, une jungle un peu loufoque. Il s’attache aux autres patients, s’inquiète pour eux. Ses nouveaux amis se nomment Nénesse, Paulo, Nightingale, plus âgés certes mais si solidaires.
Et puis il y a Marise, belle et jeune infirmière qui lui offre ses escapades et sa liberté assumée. Il est conquis !
Alors en retournant à Marseille, l’écrivain voudrait les retrouver tous. Mais le temps a métamorphosé la ville, dispersé les amis, perdu Marise. Tel un détective, il part à la reconquête de cet amour perdu.
En résumé, un roman touchant, riche d’une écriture pétillante.
Un joli moment de lecture avec en prime un coup de cœur pour la région méditerranéenne, la mer, la forêt, les odeurs, les bourrasques de vent racontées avec tendresse et poésie.

L’aventure littéraire de Sylvie Lopez

posté le 13 février 2019

Le Gray lance ses rencontres littéraires

posté le 29 janvier 2019